L’histoire du Vignoble

près de 1000 ans d’histoire

Les grandes abbayes de Moyen-âge conjuguaient rayonnement spirituel et puissance temporelle. Grandselve, au cœur de la Gascogne garonnaise, ne fut pas en reste. Au XIIe siècle, les moines développent la culture de la vigne ; dès que Richard Cœur de Lion, roi d’Angleterre, autorise la libre circulation des vins jusqu’à la Gironde, des centaines de barriques de vins descendent le fleuve en gabarres jusqu’aux chais détenus par l’abbaye à Bordeaux. Les vins de Saint-Sardos connaissent une belle renommée en France et au-delà, jusqu’à la mise à sac des chais bordelais  en 1357.

En dépit des vicissitudes de l’histoire, les vignerons de Saint-Sardos ont maintenu avec détermination leur vignoble et leur savoir-faire. Aujourd’hui on travaille encore en famille, mais les chais se modernisent et la relève est assurée de génération en génération pour faire vivre un patrimoine séculaire.

Des vins nés au bon endroit

Sur la rive gauche de la Garonne, au nord de Toulouse, en Gascogne garonnaise, le vignoble bénéficie de facteurs naturels propices à son développement. Sur un relief varié et vallonné, les parcelles, aux sols le plus souvent graveleux, sont sélectionnées pour leur bonne exposition et leurs qualités pédologiques.

Ces sols donnent des vins de qualité, structurés, équilibrés, aromatiques et d’une bonne tenue.

Le climat, caractérisé par une double influence atlantique et méditerranéenne, aux hivers doux, profite à la vigne. Le vent d’autan, actif au printemps et à l’automne, favorise la maturation des raisins.

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.